AUX ENFANTS DE L\'AFRIQUE

AUX ENFANTS DE L\'AFRIQUE

RAPPORT DE SYNTHESE DE L’ATELIER DU GROUPE D’APPUI TECHNIQUE DES PAYS DU GROUPE SAHELOGORFIQUE : KPALIME DU 9 AU 21 JUILLET 2012

Du 09 au 21 juillet 2012, le Mouvement Africain des Enfants et Jeunes Travailleurs (MAEJT), avec le soutien de Enda Tiers Monde, a organisé un atelier du groupe d’appui technique au centre CRETEFP à Kpalimè au Togo. Les participants au nombre de Trente huit sont venus du Bénin, du Cameroun, de la Centrafrique, du Ghana, du Niger, du Nigéria, du Tchad et du Togo. L’objectifs poursuivi, en organisant cet atelier est d’aider les EJT à devenir facilitateurs en s’appropriant eux mêmes les techniques de formation en échangeant les expériences entre pays. Il s’agissait également de faire le bilan des visites d’appui technique de 2011 et de faire de nouvelles visites afin d’aider les associations à trouver des solutions à leurs attentes. Après une petite animation et présentation des différents participants suivi d’un brainstorming par rapport aux attentes des participants, les travaux de l’atelier ont été lancés à partir du bilan des activités d’appui technique de l’année 2011. A/- BILAN DES VISITES 2011 Commencé avec une clarification du concept de visite d’appui technique qui selon l’équipe de facilitation est différente d’une simple réunion mais une activité permettant d’apporter des réponses aux attentes des associations après renforcement, visites des groupes de base et restitution, le bilan a été fait par pays sur présentation des changements apportés par les visites d’appui technique de l’année 2011 aux différentes associations. Changements observés au Bénin - Amélioration de la collaboration entre l’AEJT de Kpomassè et les élus locaux : le maire et le député (avant la visite) malgré que les EJT balayent la commune, les autorités ne les considéraient pas. Mais lors de la visite, les visiteurs les ont accompagnés chez le maire à qui ils ont présentés leur association et depuis ce temps, son comportement a changé. - Reprise de l’AGR de vente de mouton après octroi de nouveaux moutons par le maire de la commune aux EJT - Construction d’enclos pour les moutons par un député natif du milieu ce qui a mis fin aux vols - Création d’une seconde AGR à partir des bénéfices issus de la vente des moutons qui est la mise en place des “Acadja“ pour pêcher du poisson - Augmentation de membres dans les groupes de base - La visite a permis aux EJT de mieux gérer eux-mêmes leur association au lieu que ça soit l’animateur (cas de l’association de Porto-Novo) - Augmentation des groupes de bases grâce aux visites internes (Porto-Novo, Bohicon, Missrérété) Changements observés au Cameroun - Les EJT savent identifier les activités à mener pour résoudre leurs problèmes - Les EJT, après la visite, savent négocier avec les autorités - Maîtrise des douze droits par les EJT - Les EJT dans les anciennes villes, s’organisent mieux dans leurs activités à travers la mise en place des commissions de suivi, de partage de rôle - Les EJT ont de plus en plus de visibilité auprès des autorités municipales à travers la formation d’EJT hôtesses qu’ils mettent à leur disposition lors des cérémonies officielles. Changements observés au Ghana - Choix d’une nouvelle AGR dans l‘association de Hoviepé, qui est la plantation de banane plantain grâce à la visite de l’association de Hô - Acquisition de ballons, de filet, de fournitures pour les EJT de certaines associations. Changements observés au Niger - Participation de plus en plus massive des EJT filles aux formations et aux rencontres internationales grâce aux sensibilisations faites à l’endroit des parents lors des visites - Réaménagement du calendrier de rencontres des EJT dans certaines villes (les rencontres sont passées de 1fois par mois à une fois par semaine) - Passage de 6 à 14 du nombre d’associations avec 3 nouvelles associations en instance de création Changements observés au Nigéria - Création de trois nouvelles associations à obélé, Aradagoun, Esèkpè - Augmentation du nombre d’enfants alphabétisés dans l’association de Farassimè à la suite de la sensibilisation sur l’éducation faite par l’association - Création d’un comité de discipline qui se charge de punir les retardataires aux réunions - Création d’un groupe de visite Changements observés au Togo - Concrétisation du droit à apprendre à lire et écrire (construction de deux salles d’alphabétisation à Adomi et une à Vogan par la coordination, construction d’une garderie pour 54 enfants à Adomi) - Collaboration (collaboration avec SCAC à Lomé pour la fabrication de savon liquide avec PSI à Dapaong pour le dépistage du VIH/Sida,) - Communication (enregistrement sur CD des communications des formations afin de permettre aux partenaires et autres membres des associations de s’informer de ce qui se fait lors des ateliers, émissions radio sur Cosmos FM pour plus de visibilité à l’AEJT-Togo et faire connaître les douze droits des EJT Changements observés en Centrafrique - Naissance de nouvelles Aejt avec la fédération de groupes de base - Développement d’initiatives de concrétisation des droits notamment le droit à un travail léger et limité Changements observés au Tchad - Concrétisation du droit à apprendre à lire et à écrire, du droit à un travail léger et limité, du droit à s’exprimer, du droit à rester au village. - Développement des Agr suite aux activités de formation - légère progression de la collaboration avec les autorités dans certaines Aejt. B/- VISITE DES ASSOCIATIONS AU BENIN ET AU TOGO Après la phase théorique qui est celle de la formation, les visiteurs se sont rendus dans les associations pour aider 18 Aejt du Bénin (7) et du Togo (11) à combler leurs attentes. Cette phase pratique a permis aux visiteurs de soutenir concrètement les visités mais également de confronter la théorie reçue au cours de la formation avec la réalité du terrain. Ce qui a permis d’obtenir des changements qui sont immédiats ou à longs terme. Ce qui a été fait par les visiteurs dans les associations De façon générale, les actions entreprises par les visiteurs sur le terrain sont celles de médiation auprès de certaines autorités locales pour la résolution de certains problèmes liés à l’espace (terre, salle), à l’absence de reconnaissance qui empêchent les associations de fonctionner. Des activités de réflexions et de renforcement des compétences pour la concrétisation des 12 droits, la gestion d’une classe d’alphabétisation, la mise en place d’une activité économique, la formation des membres des groupes de base sur ce qu’est le MAEJT ont été notées. La projection du film Tounga aux EJT et populations des marchés, des espaces publics, des bars et des ateliers de formation a servi de cadre pour informer et sensibiliser les patrons d’atelier, les parents et même les enfants par rapport aux conditions de travail des enfants notamment des apprentis. Il y a eu des visites aux parents, puis la mobilisation sociale autour des droits de l’enfant, sur les 12 identifiés par les EJT et sur la mobilité des enfants. Les visiteurs ont participé à des activités de fabrication d’huile de palme, à des séances de salubrité avec les associations, à l’entretien de la cour du chef canton, des toilettes et places publiques pour la bonne santé de leurs camarades, à la réfection d’espace d’alphabétisation et à la production de produits maraîchers. Organisation de causerie et d’émissions radio sur les douze droits avec l’appui de structure d’appui. Contribution à l’élaboration de plan d’action de l’association. Les changements observés immédiatement après les visites aux 18 Aejt du Bénin et du Togo Bénin Abomey -Calavi - Les EJT ont eu un contact directe avec le chef quartier du groupe de base de Tokpa –Zoungo ; il a appuyé la naissance du groupe des vendeurs du marché de Calavi et est ouvert à soutenir les enfants et jeunes travailleurs, - Pratique de la démarche pour choisir une AGR celle de la collecte et vente de sable par le nouveau groupe de base à été retenue ; cette activité serait en même temps une action de visibilité pour l’association. - le groupe de base de Togoudo a désormais une salle dans une école pour ces réunions et les activités d’alphabétisation ceci grâce au contact avec le président de l’association des jeunes du quartier. Comè - Acceptation du maire de Comè à collaborer avec l’AEJT à travers l’élaboration d’un plan d’action ; ce dernier a mis à la disposition de l’AEJT de Comè un représentant de la mairie pour le suivi de la collaboration l’implication des EJT dans les manifestations de la fête de l’indépendance le 1er Août. - Dans les groupes de base les activités économique ont été réorienté sur la base de la démarche pour la mise en place d’une Agr rentable ; dans le groupe de base de Gativé les échange ont abouti à la révision à la baisse des prix des nattes produits par les Ejt pour faire face à la concurrence, dans le groupe de Sègbé c’est la stratégie de vent des popcorn qui a été revue, les enfants et jeunes se déplacent désormais avec leur production pour aller vers les clients au lieu de les attendre en un lieu. Grand Popo - Quarante (40) enfants et jeunes, représentants des différents groupes de base, savent comment choisir une AGR dont les produits s’écoulent facilement, ils ont retenu la production vente de condiments, d’akassa, oui de bouillie comme AGR où il y a plus de revenus et moins de risque. - la démarche pour faire respecter les droits par les adultes ont été acquises par les enfants, car ils savent identifiés les problèmes lié à leur droits à rester au village et à apprendre lire et à écrire. - Environ 500 personnes ont été sensibilisées sur les 12 droits et les réalisations du MAEJT, les parents se disent plus vigilent devant les préoccupations des enfants. - les Ejt savent négocier avec les autorités à différents niveaux , leur plaidoyer sur le droit à apprendre à lire et à écrire a retenu l’attention de la mairie qui les a mis en rapport avec le moniteur pour la gestion d’un espace d’alphabétisation en faveur des enfants. Kpomassè - Les parents, patrons rencontrés ont dit que les enfants seront libre de participer, à tout moment, aux activités de l’AEJT « avant nous ne savions pas que les enfants ont aussi des droits » - Le soutien des chef de quartier et de village a été observé, le chef d’arrondissement de Kpomassè a remis une clé d’un bureau aux EJT pour leurs activités, aussi la promesse d’un terrain pour la construction d’un siège de l’AEJT a été faite. - Dans chaque groupe de base visité età, la tête de l’association, il a été mis un bureau composé d’enfants, ceux-ci remplacent les jeunes qui étaient dans les instances de décision. Lac - le chef de village du groupe de base de Vekky Daho a octroyé d’une salle d’alphabétisation et promis son soutien matériel Obtention aux enfants et jeunes - Engagement de l’ONG Sonangnon pour payer les moniteurs des classes d’alphabétisation en faveur des enfants et jeunes. - Initiation à la mise en place d’une nouvelle AGR qui est la fabrication de savon liquide. - les EJT savent faire le plaidoyer, ils ont obtenu du chef de village de Todo, un espace de dépôt des « Acadja » à vendre comme AGR de l’association. - Sensibilisation er de quelques parents et patrons qui faisaient trop travailler les EJT qui n’arrivent pas à participer aux activités de leur groupe, la majorité des patrons ont comprit l’avantage qu’il y a dans la vie associative. Lokossa - Gestion des sous de leurs AGR, pour la résolution des problèmes des membres et la concrétisation des droits, - Aux EJT de Toguèmè le chef quartier a promis d’offrir du matériel pour faire le jardinage, pendant ce temps, le premier adjoint au maire a décidé d’être le porte parole de l’association au niveau du conseil communal. - La capacité de pouvoir sensibiliser la population sur les 12 droits, la maltraitance des enfants a été élevée, les parents ont compris que les enfants vivent mal leur exode - Il a été procédé au renouvellement un nouveau bureau dans le groupe de base d’Agamè Ouidah - Contact et motivation de trois nouveaux groupes de base ( sogbadji, awicodji, wakpè), ils sont plus organisés après avoir choisi un endroit et l’heure pour les réunions. - Des difficultés vécues par les enfants et jeunes de différents corps de métiers ont été identifiés par les participants qui ont élargit l’action d’écoute en faveur des groupes d’enfants apprentis et pousse pousseurs dans la ville de Ouidah. - Un bureau a vu le jour avec un minimum d’action sur les droits à un travail léger et limité et le droit à apprendre à lire et à écrire. - Le contact a été crée entre les groupes d’EJT et les autorités, chef de quartier, village et ceux du grand marché de la ville, avec ceux-ci il y a eu des échanges sur les initiatives et le film Tounga « ecoutes ! ça te concerne » Togo Adomi - Réfection d’une salle d’alphabétisation avec la relance effective des cours en faveur des enfants - Une entente retrouvée entre le groupes de base des villages de Elavagnon et Adomi. En effet le roi de Adomi s’est engagé à contacter les autorités de Elavagnon pour le règlement du conflit foncier qui a impacté l’association des enfants et jeunes travailleurs. - L’AEJT a gagné la confiance des parents du groupe de base Gbadi Bena qui ont une meilleure perception de l’AEJT après l’initiative du champ collectif pour la culture d’haricot, ils ont promis laisser désormais leurs enfants participer aux activités de l’association. Agou - Fort engagement des membres des groupes de base de Blakpa et de Avédjé à porter loin l’association par la gestion de champ de production de céréale dont les revenus serviront à la concrétisation du droit à lire et à écrire. - Une meilleure compréhension des droits et devoirs des enfants travailleurs et de ceux qui sont en situation difficile a été observée. - Une nouvelle AGR a été choisie après que les EJT ai bien compris comment choisir une activité rentable, il s’agit de l’achat, collecte et stockage de céréale à revendre en période de soudure, les bénéfices de cette activités seront utilisés pour acheter du matériel pour les enfants démunis. Agadji - Les petits conflits entre les membres du groupe de base de Pkètè ont été résolus et les conflits de rôle dissipés. - Une initiative de soirée récréative et dansante a été planifiée pour permettre à l’Aejt d’avoir plus de visibilité dans leur localité. Dapaong - La participation des enfants s’est matérialisée par la mobilisation d’environ 156 enfants qui ont témoigné de leur meilleure connaissance du MAEJT et des 12 droits. - Les petits astuces de motivation des enfants à la prise de parole et la contribution aux prises de décisions ont été pratiqués au sein des groupes, les enfants ont retenu de faire des cotisations périodiques pour des actions de concrétisation de leurs droits. - La proposition de faire de la production de savon liquide comme AGR a été adoptée afin de faciliter la concrétisation des droits à lire, écrire et à rester au village au lieu d’aller au Burkina voisin. Kévé - Création d’un nouveau groupe de base qui est celui des pousse-pousseurs composé de 74 membres - Une compréhension plus nette du directeur de la structure d’appui sur le fonctionnement et l’organisation des EJT, il s’est accordé avec les enfants et jeunes pour élargir le champ d’action vers de nouveaux groupes. - Une planification des actions est rendue disponible grâce à l’AEJT, une rencontre est prévue entre les pousse-pousseurs pour discuter de leur stratégie de mise en œuvre des décision. Kouma - Visibilité de l’Association dans le village grâce à la salubrité autour des toilettes publiques désormais propres et accessibles pour les enfants et la population - Obtention de la part du chef de village d’une parcelle de terrain pour un champ - Mise en place du bureau du groupe de base de Bala - Promesse des partenaires ( conseiller, croix rouge ) à assister les EJT en cas de nécessité - Les EJT disposent de connaissances sur l’AEJT et les grandes réalisations du mouvement dans sa dimension africaine, il y a désormais 6 groupes de base avec une augmentation du nombre de membres. Lassa - Mobilisation et participation massive des enfants aux différentes occasions d’échange sur les droits et le MAEJT - Accord de principe du Directeur Régional du Budget et de la Planification à appuyer l’AEJT dans son plan d’action. - Initiation aux technique de prise de contact et de négociation avec les autres organisations qui œuvrent en faveur des enfants dans la région de la Kara (SOS village d’enfants Kara, AGAIB, Affaires sociales. Les médiats, les CVD, les chefs villages, chefs cantons, le préfet et le maire de la ville de…) - Un début de sensibilisation de la population sur les 12 droits et sur la mobilité des enfants et jeunes Niamtougou - Des contacts noués avec de nouveaux groupes d’enfants travailleurs du marché qui ont saisi l’opportunité de cette visite pour échanger des idées sur les droits et devoir de l’enfant travailleur. - Consolidation des liens avec les autorités policières cantonales et préfectorales de la ville. - Le dynamisme de l’AEJT Niamtougou, a facilité la promotion d’un de ses aînés fondateurs au rang d’animateur du projet pilote soutenu par le PAM et l’Unicef pour la nutrition des enfants en situation difficile et handicapé - Une action de sarclage du champ de maïs a facilité le contact avec la population qui manifesté un intérêt à écouter les enfants et jeunes travailleurs. Lomé - Les EJT ont été invités par certains parents pour la projection du film Tounga « Ecoutes ! ça te concerne » dans leur quartier afin de créer de nouveaux groupes de base - Les activités sur les douze droits ont été identifiées dans chaque groupe de base et des démarches sont en cours pour les réaliser ( alphabétisation, santé et hygiène dans le village, participation des filles à l’AGR). - Promesse du chef de marché (Assiyéyémè à Adidogonmè) de rencontrer le groupe de base des porteurs de bagage afin d’aider dans le gestion de leur relation avec les autres usagers du marché. - Deux nouveaux groupes sont en instance d’être créés dans le marché d’Assiganmè Sotouboua - Progression dans les techniques de plaidoyer et d’élaboration de plan d’action qui a reçu le soutien de la mairie, la préfecture, plan et l’inspection. - Soutien de l’AEJT aux enfants insérés à l’école grâce à l’appui en fournitures scolaires des service de l’action sociale. - Accord du CEFRET pour le passage des EJT sur des émissions radio - Accord de la chambre des métiers pour réunir les patrons et parents afin échanger sur la situation des enfants travailleurs. - Bonne compréhension du processus de mise en place d’une AGR - Existence d’un nouveau groupe de base à la maison des jeunes Womé - Naissance d’un nouveau groupe de base constitué des apprentis, des débrouillards et quelques orphelins dans le village voisin de Tové avec une quarantaine de nouveaux membres. - Augmentation du nombre des EJT dans l’association de Womé avec la discussion avec les patrons d’atelier, d’ateliers en atelier (35 EJT) - Il y a eu une motivation des membres de l’association, ceci marqué par l’élaboration d’un plan d’action mensuel et la mise sur pied d’un comité de suivi de la bonne marche des activités. - Renforcement de la collaboration entre les EJT et le chef du village qui a hébergé un visiteur pendant les cinq jours de présence dans sa localité. - Plaidoyer en faveur de la récupération de la parcelle de terre de l’AEJT. -------------------------------------- à partir de ce qui précède, on peut conclure que chacune des visites a apporté des réponses concrètes aux Aejt et elles a été aussi l’occasion offerte aux visiteurs de se renforcer sur la base du vécu. Pour arriver à ces résultats, les visiteurs se sont renforcés entre eux et avec l’appui des facilitateurs. C/- ACTION DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES VISITEURS Selon les participants, elle consiste à échanger les expériences entre participants afin de s’auto-former. Cette formation repose sur les savoirs et les savoirs faire des participants dans les domaines suivants: AGR, concrétisation des douze droits, plaidoyer/collaboration, mobilisation sociale A travers des sketchs, les participants ont montré comment une association peut procéder pour concrétiser les douze droits, faire un plaidoyer réussi, une mobilisation sociale/organisation et faire le choix d’une AGR qui marche avec des bénéfices pour l’Aejt. Tous ces thèmes ont fait l’objet de simulation où les enfants ont montré : a) Concrétisation des douze droits D’après le sketch, la concrétisation des douze droits suppose que les membres du groupe de base avec le soutien des visiteurs doivent tenir une réunion afin d’ identifier les problèmes auxquels les EJT du milieu sont confrontés. Ensuite discuter des problèmes ensemble et enfin agir en planifiant des activités en fonction des problèmes identifiés. (ex : organisation d’une sensibilisation porte à porte à l’endroit des parents et des patrons sur le droit à un travail léger et limité) b) - AGR De manière générale, on peut retenir à travers le sketch que le choix d’une AGR nécessite d’abord une étude du marché afin d’identifier l’activité qui marche et qui peut rapporter beaucoup de bénéfices à l’association, ensuite la mobilisation de ressources financières et matérielles et intellectuelles, suivi des achats et du premier essai. NB : une association qui met sur pied une AGR doit disposer d’un cahier de charge dans lequel il notera le stock, le prix unitaire, le prix de vente, le bénéfice c) - Plaidoyer Selon les interlocuteurs, le plaidoyer est comparable à un arbre qui commence par les racines ensuite un tronc et des branches. Les racines supposent qu’il faut connaitre les problèmes auxquels sont confrontés les EJT (ex : beaucoup d’EJT d’un village x tombe malades et ne vont plus au travail à cause de l’insalubrité qui y règne), ensuite l’identification des besoins, identifier des partenaires dans le domaine, mettre sur pied des stratégies/activités pour convaincre le partenaire. Ex: activité sociale (travaux d’assainissement). Préparer l’équipe qui doit rencontrer le partenaire, préparer le message, Informer le partenaire, avoir des documents de l’AEJT le jour de l’entretien qu’il faut remettre au partenaire. d) - Mobilisation sociale / organisation Selon les interlocuteurs, la mobilisation sociale suppose la circulation de l’information des groupes de base( GB) vers l’association( AEJT) ensuite vient la coordination qui se charge de la transmettre au mouvement. Cette circulation de l’information nécessite des moyens et les EJT utilisent généralement : les vélos, l’internet, le téléphone, la voiture, le train, ensuite la convocation des réunions et enfin la mise en place - Mise en place des stratégies de mobilisation (organisation de tournoi de football, de festival de jeux). • Première rencontre avec les membres de l’association visitée • Négociation des attentes avec les membres de l’association • Elaboration d’un programme de travail avec les membres de l’association • Compréhension des forces et faiblesses de l’AEJT visitée à travers l’observation, les questions, l’écoute, • Réflexion sur un problème identifié (causes, conséquences) • Actions/ solution • Evaluation entre visiteurs et visités • Ecriture du compte rendu e) - Rappel sur le MAEJT Selon les interlocuteurs, le MAEJT est le Mouvement Africain des Enfants et Jeunes Travailleurs. Il est né en 1994 à Bouaké en Côte d’Ivoire en présence des représentants d’EJT venus de quelques pays d’Afrique. Ce mouvement une fois dans les grandes villes des pays membres prend le nom d’AEJT qui se définit comme : l’Association des Enfants et jeunes Travailleurs. L’ensemble des associations de chaque pays est dirigé par une coordination nationale. Chaque association est composée de plusieurs Groupes de Base (GB) qui sont dans les villages ou dans les quartiers. A l’intérieur des groupes de base nous avons les Enfants et Jeunes Travailleurs (EJT). NB : - Une association est composée au moins de trois Groupes de Base (GB) - Dans un Groupe de Base on a au minimum 30 EJT Malgré les grands réalisations et les progrès constatés au cours des visites sur le terrain, les visiteurs ont rencontré quelques difficultés qui, de manière directe ou indirecte, ont influé sur le travail fait. Au nombre de celles-ci, on peut citer : - Les barrières linguistiques (qui sont surmontables avec un peu de préparation) - L’incapacité des visiteurs à adapter leurs connaissances à celles des visités, - Incapacité des visiteurs à négocier avec les visités leurs attentes et leur disponibilité Au vu des constats faits par les visiteurs sur les différents terrains, il urge de poursuivre les actions entreprises dans plusieurs domaines d’actions partant des droits, au plaidoyer en passant par les AGR et la communication. -


30/07/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres