AUX ENFANTS DE L\'AFRIQUE

AUX ENFANTS DE L\'AFRIQUE

FORMATION SUR LE RENFOCEMENT DE CAPACITE EN TECHNIQUE DE MOBI LISATION DE RESSOURCES DES ENFEANTS ET JEUNES TRAVAILLEURS DU TOGO DU 26 JUIN AU 05 JUILLET 2012 ; CENTRE DES FRERES COMBONIENS D’AGOE-NYIVE (LOME).

 

La Coordination Nationale des Associations des Enfants et Jeunes Travailleurs du Togo (AEJT - TOGO) a organisé un atelier sur la technique de mobilisation de ressources du 26 Juin au 02 Juillet 2012 au centre des frères Comboniens d’Agoe-Nyivé (Lomé). Cet atelier a vu la participation de 29 EJT de 15 AEJT du Togo. Il est appuyé par le MAEJT/Enda. Les participants à cet atelier sont venus des AEJT de : (Adomi-Abra, Agadji, Lomé, Kara – Lassa, Sotoboua, Niamtougou, Havé, Tchamba, Vogan, Gamé, Womé, Anfoin, Dapaong, Amégnra, Kouma). 

Attentes des participants

  1. Etre capable de mobiliser les ressources
  2. Etre capable de mobiliser et gérer les ressources
  3. Comment faire le plaidoyer et mobiliser les ressources
  4. Savoir les techniques de mobilisation des ressources et comment aborder les structures d’appui
  5. Savoir comment aller vers les autorités
  6. Etre capable de restituer
  7. Comprendre comment mobiliser les ressources et aller vers les autorités
  8. Savoir comment rédiger un projet
  9. Etre fidele en gestion
  10. Savoir mettre en application la mobilisation des ressources et les gérer
  11. Savoir comment convaincre les partenaires et autorités locales pour nous aider
  12. Comment se présenter devant les autorités pour négocier et gérer les ressources de l’association
  13. Savoir comment s’entendre et s’organiser pour gérer les ressources
  14. Comment peut-on aller parler à une association.

 

Synthèse des objectifs

  1. Etre capable de mobiliser les ressources
  2. Comment faire le plaidoyer ?
  3. Comment rédiger et gérer un projet ?

 

Tableau récapitulatif des ressources AEJT-TOGO

STRUCTURES

 

RESSOURCES

 

SOURCES

 

Humaines

Financières

Matérielles

 

Coordination

EJT, la communauté et les partenaires.

Soutien financier

Outils informatiques et bureautiques, documents du MAEJ.

MAEJT/Enda, WAO, Plan, TDH, UNICE, amis sympathisants, autorités

Villes

EJT, la communauté et les partenaires.

Appuis annuels, cotisations adhésions, AGR, dons

Outils informatiques sauf : Game, Sotoboua, Kara, Tchamba et Havé. Terrains, locaux, tables-bancs et chaises, documents du MAEJT.

MAEJT/Enda, EJT, TDH, Plan, WAO, AEJT, amis, sympathisants

Groupes de Base

EJT, la communauté et les partenaires.

Appuis annuels, cotisations adhésions, AGR, dons

Terrains, matériels agricoles et sportifs, documents du MAEJT.

MAEJT/Enda, EJT, TDH, Plan, WAO, parents, amis, sympathisants, autorités.

 

Il y a deux types de ressources :

-       Les ressources internes

-       Les ressources externes

Les ressources internes de notre association sont :

-       Les cotisations

-       Les droits d’adhésion

-       Les bénéfices des AGR

En dehors de ces ressources internes dont nous disposons, nous pouvons encore faire :

-       Les soirées dansantes

-       Les métayages

-       Le théâtre

-       La vente de bois de chauffe

-       Le ramassage et la vente du sable et du gravier

-       La construction de hangars dans les marchés

-       Les entretiens domestiques

-       La vente d’eau

-       Le ramassage et la vente du fourrage pour animaux (paille de riz…)

-       Coupe et vente de paille de couvraison

-       Aide artisan (maçons…)

-       Fabrication et vente de parpins, paniers, éventails, pilons, mortiers…

Pour bénéficier des financements provenant d’ailleurs (ressources externes),  il faut faire:

-       Une demande

-       Un plan d’action qui définit clairement les objectifs, les activités, le calendrier, le lieu, les stratégies…

-       Un budget

 

Note après échanges sur le plan d’action et le budget

 

Il faut d’abord compter sur les ressources internes de l’association et celles fournies par la communauté. Mais les ressources externes sont parfois nécessaires pour réaliser certaines activités. Le plan d’action dans ce cas est très utile. C’est à partir de ce plan que l’association va établir son budget qui est un outil important. Le budget est la traduction en argent du plan d’action. Autrement dit, c’est la valeur en argent du plan d’action. On doit être capable de vérifier les liens entre les prévisions et l’efficacité de l’action. Le budget est donc un état des prévisions de recettes (ressources) et de dépenses nécessaires à la réalisation des activités. Le plan d’action et le budget approuvés en Assemblée Générale, ont une grande importance pour l’association. Ils permettent :

-       d’’identifier les ressources ;

-       de planifier les dépenses ;

-       de faciliter la réalisation des activités ;

-       de montrer le sérieux de l’association et de la rendre crédible auprès de la communauté et des partenaires.

 

 

 

Recettes

Cotisations

500 000

Droits d’adhésion

400 000

Bénéfice d’une AGR

550 000

Dons

450 000

total

1 900 000

 

Dépenses

Fonctionnement

300 000

Construction de hangar/atelier

900 000

Fournitures pour AGR

700 000

total

1 900 000

 

Total des recettes = Total des dépenses

 

 

Exemple de tableau pour présenter un budget

 

Désignation

Quantité

Prix unitaire

Montant

Observations

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        Mobilisation de ressources et gestion

La plupart des EJT font une confusion entre la mobilisation et la gestion des ressources. C’est pourquoi nous avons fait nombres de travaux de groupe sur ce sujet.  Certains sont présentés  en sketch et ils montrent que les EJT  font la mobilisation des ressources et leur gestion dans leurs localités.

Les  présentations en plénière démontrent que tous les membres ont bien compris la différence entre la mobilisation et la gestion des ressources. Les mêmes présentations montrent que chaque AEJT mobilise non seulement des ressources internes mais également des ressources externes pour soutenir les activités. Dans la gestion de ces ressources, les EJT se partagent les tâches et insistent souvent sur les pièces justificatives pour qu’à la fin des actions, ils puissent présenter de bons rapports (narratifs et financiers)  aux autorités, partenaires, amis, individus de bonne volonté et sympathisants qui les appuient financièrement, matériellement, techniquement et même physiquement dans leurs activités.

 

Techniques de mobilisation de ressources

v  Ventes de biens et services

v  Evènements spécial (bal, concert, musique, théâtre, récital, marathon, gala, comédie…)

v  Dons

v  Publipostage : mobilisation de ressources par la poste, par voie postale (lettre)

v  Subventions (les gouvernements, les agences multinationales comme Unicef, FAO, PNUD…, les Fondations).

Stratégies de mobilisation de ressources

 

Activités

Responsables  exécution

 

Période

Marketing et promotion des 12 droits

 

 

Campagne de sensibilisation (communauté et partenaires)

 

 

Faire les plaquettes sur les 12 droits

 

 

Visiter régulièrement les autorités et partenaires qui interviennent en faveur des enfants dans les localités

EJT

Toute l’année

Participer aux débats et rencontres sur la situation des EJT

 

 

Participer aux campagnes de protection de l’environnement

 

 

Développement de relations avec les partenaires

 

 

Renforcer la capacité des responsables et membres de l’association

 

 

Rechercher les informations plus détaillées sur de nouveaux partenaires en les contactant par écrit.

 

 

Mettre les documents des EJT à la disposition des partenaires et des autorités.

La coordination et EJT

Toute l’année

Faire le suivi des demandes de financement et d’appui.

 

 

Collecter les ressources.

 

 

Pérennisation de la stratégie

 

 

Mettre en place un comité de suivi permanent.

Coordination, EJT, partenaires

 

Maintenir et renforcer les liens avec les partenaires (invitation aux activités organisées par les EJT, se faire inviter par les partenaires, visites des partenaires pour présenter la mission et les activités des EJT).

Coordination, EJT, partenaires

Toute l’année

Evaluer et mettre à jour le plan de mobilisation des ressources : faire le bilan de l’exécution de la stratégie et tirer les leçons nécessaires.

Coordination, EJT

Décembre 2012

Organiser une table ronde des partenaires pour leur présenter les résultats de l’évaluation.

Coordination, EJT

 

 

 

Conditions de départ : pour réussir une mobilisation de ressources, quelles conditions doit-on réunir ?

 

La volonté des EJT et partenaires et l’engagement de toutes les parties.

La diffusion de la stratégie (mise à disposition de toutes les parties du document de stratégie).

La responsabilité des EJT (l’exécution de la stratégie est l’affaire de tous ; une bonne organisation et une répartition des tâches est nécessaire.

L’appui du MAEJT et des structures d’appui.

L’amélioration de la qualité et le sérieux dans le travail pour bénéficier de la confiance des partenaires, pour cela, il faut renforcer sans cesse la capacité des EJT.

Entente et respect mutuel entre les EJT.

Le respect des engagements, de la parole donnée…

Etre convaincu du bien fondé (la réalité) de la stratégie de la mobilisation de ressources.

 

C’est quoi la mobilisation de ressources (MR) ?

La mobilisation de ressources peut être définie comme un processus (processus, c’est l’ensemble d’opérations  à faire pour aboutir à un résultat) de gestion qui consiste à identifier les personnes qui partagent les valeurs de l’association et à faire le nécessaire pour conserver cette relation. Comme processus, la mobilisation de ressources se base sur une bonne organisation, une communication efficace et un développement des relations avec les partenaires.

 

Organisation

La mobilisation de ressources est un travail d’équipe. La responsabilité est partagée par tous les membres de l’association.

 

Communication

La mobilisation de ressources est en réalité une mobilisation de “supporteurs“ d’amis et sympathisants. Un soutien financier ou matériel est le résultat d’une relation. Les gens ne donnent pas d’argent à des causes ou missions, ils donnent aux personnes qui défendent et soutiennent ces causes. Ils donnent à des organismes/structures avec lesquels ils ont un lien personnel.

 

Développement des relations

La recherche et le maintien de relation avec les partenaires est un élément important. Ces relations sont basées sur la légitimité (reconnaissance légale), la transparence, les rapports d’activités et rapports financiers.

 

 

 

 

Les freins de la mobilisation de ressources, c’est-à-dire ce qui peut faire une mobilisation de ressources

  • Situation politique du pays
  • Manque de crédibilité des EJT
  • Insuffisance de personnes ressources
  • Manque de compétence (les EJT sont-ils capables de négocier ?)
  • Insuffisance de moyens matériels
  • Faible niveau d’engagement personnel des EJT
  • Faible niveau d’identification des sources de financement
  • Manque d’organisation
  • Insuffisance de campagnes de sensibilisation.

 

LE PLAIDOYER

C’est quoi le plaidoyer ?

Le plaidoyer, c’[]est la défense écrite ou orale d’une opinion, d’une cause ou d’une personne, ou d'un groupe de personnes.

Le plaidoyer vise souvent l’amélioration des conditions de vie et du bien-être de groupes défavorisés ou la protection de personnes, animaux ou environnement, par exemple les espèces qui vont disparaître de la surface de la terre si on ne fait rien.

Comment fait-on le plaidoyer ?

-en organisant une manifestation qui peut être malheureusement violente ou non ;

-en envoyant une lettre aux décideurs ;

-en faisant interpellant les décideurs avec des arguments préparés avec les spécialistes. L’objectif est d’influencer les dirigeants, les élus, etc.

Quelle est l’importance du plaidoyer ?

Le plaidoyer peut provoquer un ou des changement (s) dans la communauté, c’est d’ailleurs son objectif. Il peut aussi modifier les rapports entre la communauté) et des décideurs. Le plaidoyer peut renforcer le pouvoir des populations et la démocratie.

Forces et faiblesses

Les forces :

-prise de conscience de la population d’un problème qui la concerne et qui deviendra désormais une préoccupation pour elle ;

-la population s’est mobilisée, elle a commencé à faire des recherches ;

-la population est représentée auprès des décideurs

Les faiblesses (ou limites):

-les organisateurs du plaidoyer  n’ont pas accès aux décideurs ;

-les décideurs refusent d’écouter ;

-les changements attendus sont lents à venir ;

-les organisateurs du plaidoyer n’ont pas les moyens de faire pression sur les décideurs à part les manifestations, lettres et appels.

 

GESTION DE PROJET

 

  • C’est quoi un projet ?
  • Promoteur du projet
  • Objet du projet
  • Comment fait-on le montage projet ?
  • Vie du projet

C’est quoi un projet ?

Le projet est une activité ou un ensemble d’activités que l’on veut faire pour satisfaction un besoin qui est être gagner de l’argent.

La gestion de projet est une activité de mobilisation et de combinaison de ressources (humaines, matérielles) pour atteindre l’objectif du projet.

Lorsque la décision de projet est prise, il faut faire planifier les activités, établir un budget et même un bilan d’ouverture.

La planification du projet : faire un plan d’action du projet qui donne toutes les informations sur les activités à réaliser. Ne pas oublier d’écrire qui, quand, où et comment les faire ? Même si on est seul à tout faire, il faut le dire.

Promoteur et montage du projet

- Le promoteur : indiquer son nom, prénoms, sexe et âge. A-t-il ou elle d’expérience dans le domaine ? A-t-il ou elle reçu une formation concernant le projet choisi ?

- Quel est l’objet du projet, c'est-à-dire l’activité à réaliser.

- Le promoteur a- t il fait une étude du marché ? A-t-il une idée des prix, de la place où faire l’activité ? Comment va-t-il se faire connaitre ? D’autres personnes exercent-elles la même activité dans le quartier de la ville ou dans le village ? Où trouver à acheter les produits pour son commerce ou son atelier ? Le promoteur au moment du montage répond à ces questions même si on ne les lui pose pas toujours.

Budget (prévisions des recettes et des dépenses). Comment mobiliser les ressources ? Quelles sont les ressources du promoteur ? Sont-elles suffisantes ? Le promoteur peut solliciter un crédit sous forme d’argent (espèces) ou acheter ce dont il a besoin à crédit. Mais il sera difficile pour lui d’espérer financer son projet avec uniquement des dettes. Ne dit-on pas que «l’argent appelle l’argent» ?

Il y a deux sortes de dettes : lorsqu’on reçoit de l’argent qu’on doit rembourser ou lorsqu’on achète quelque chose (produit ou service) que l’on doit payer plus tard (on parle d’achat à crédit).

On établit le plan d’action d’où doit sortir le budget. Pour cela, il faut se renseigner sur les prix et les endroits où l’on peut trouver les produits ou services dont on a besoin. Il faut visiter plusieurs marchés, magasins ou boutiques pour les mêmes produits. L’objectif est de choisir le meilleur produit, au meilleur prix et au bon endroit.

Vie du projet : c’est l’exécution effective du projet (vente, fabrication et vente ou prestation de service). Il faut respecter le calendrier du travail fixé parce que c’est la phase de réalisation effective du projet. Avoir de bonnes relations avec les clients et les fournisseurs. Il est nécessaire de savoir comment marchent les affaires. Faire pour soi-même ou pour le groupe concerné, de petits rapports d’activités périodiques.

A la question de savoir combien dépense ou gagne le promoteur, les participants ont répondu qu’il faut pour cela tenir un livre de caisse. Tenir un cahier de caisse pour noter les recettes et les dépenses de chaque jour. L’atelier a recommandé un cahier de 100 pages. Un gros cahier (plus de 100 pages) va durer très longtemps avant d’être complètement rempli, et, avec le temps ne serait plus en bon état (pages déchirées, détachées et sales). Utiliser un stylo à bille (bic) et non un feutre pour tenir la comptabilité. Une goute d’eau sur une écriture avec feutre et l’information devient illisible, donc perdue.

Pour réussir le projet et atteindre le ou les objectifs fixés, le promoteur du projet doit avoir et développer les qualités suivantes :

-          La ponctualité

-          Le bon accueil

-          Le travail bien fait

-          Pratiquer de l’hygiène

-          Garder la patience

-          Etre tolérant…

Exemple : les débats qui ont suivi la restitution des travaux de groupe sur la gestion de projet ont permis d’imaginé ensemble la création et la gestion d’un projet. L’exercice est donc un travail collectif. Les quantités et les prix ont été proposés par les participants. Les prix sont ceux du marché. Même les quantités respectent les besoins d’un projet de restauration au coin de la rue.

Promotrice :

            Nom : Kodjo

            Prénom : Dédé

            Age : 19 ans

            Niveau d’étude : classe de 3ème  (collège)

Expériences :domestique pendant 3 ans, elle s’occupait de l’entretien de la maison et de la cuisine et gagnait 15.000 F CFA par mois. A la fin de chaque mois, elle confiait à la garde de sa mère un peu d’argent. C’est ainsi qu’elle a économisé 200.000 F CFA.

Objectif de la promotrice : gagner de l’argent pour apprendre un métier

Objet : préparation et vente de riz, haricot, macaroni de 7 heures du matin à 15 heures l’après midi.

Montage : planification et budget

Après réflexions et échanges avec les membres de sa famille et ses amis, elle a prévu d’acheter :

-des ustensiles de cuisine : des marmites, casseroles, assiettes, plateaux, cuillères, serviettes, nappes, fourneaux ;

-de faire fabriquer de tables et bancs ;

-d’acheter du riz, macaroni, spaghetti, haricot, huile, charbon, divers condiments, poisson et viande.

Dédé a choisi de s’installer au carrefour non loin de sa maison car beaucoup de personnes passent par là tôt le matin pour aller travailler. De plus, des bureaux de l’administration publique, des entreprises privées sont également installés dans les environs.

Dédé  a prévu de vendre ses plats à partir de 100 F CFA. Après la planification de l’action, Dédé a établi son budget et son bilan d’ouverture.

 

 

Budget (précisions des recettes et des dépenses) 

Désignation

Qté

PU

Montant

Observations

1

Hangar

1

85 000

85 000

forfait

2

Marmites

2

9 000

18 000

 

3

Casseroles

1

18 000

18 000

série

4

Assiettes

24

300

7 200

 

5

Plateaux

3

700

2 100

 

6

Cuillères/fourchettes

48

100

4 800

 

7

Serviettes

4

300

1 200

 

8

Nappes

2

1 000

2 000

 

9

Gobelets

24

50

1 200

 

10

Seaux

2

1 250

2 500

 

11

Bassines

3

1 500

4 500

 

12

Fourneaux

2

5 000

10 000

 

13

Balais

2

200

400

 

14

Tables

2

5 000

10 000

 

15

Bancs

4

2 500

10 000

 

16

Charbon

1

16 000

16 000

 

17

Savon

2

500

1 000

 

18

Riz

1

25 000

25 000

Sac de 50 kg

19

Haricot

5

2 000

10 000

Bol de 5 000f CFA

20

Macaroni

10

400

4 000

 

21

Condiments

1

20 000

20 000

forfait

22

Viande

12

2 500

30 000

 

23

Poisson

18

1 500

27 000

 

24

Huile

1

24 000

24 000

Bidon de 25 litres

25

Transport

1

15 000

15 000

forfait

Total dépenses

 

 

 

348 900

 

 

Apport personnel :                                                                              200 000

Dettes :                                                                                              148 900

Total recettes :                                                      348 900

Bilan d’ouverture

Actif                                                            Bilan au juin 2012                                               Passif

Comptes

Montant

Comptes

Montant

Hangar

Matériel

Mobilier

Matières premières

85 000

71 200

20 000

172 000

Capital

Dettes

200 000

148 900

Total

348 900

Total

348 900

 

Total de dépenses pour démarrer : 348.900. Apport personnel : 200.000 F CFA ; Dettes : 148.900 F CFA. Comment avoir cet argent ? Dédé décide de demander l’aide de ses parents sous forme de prêt et de négocier l’achat à crédit d’une partie des matières premières auprès des commerçantes et commerçants du grand marché de Lomé. Elle s’engage à rembourser ces dettes en six mois.

Planification des recettes : Dédé planifie les recettes en supposant trois cas. Elle travaille  samedi et dimanche et pendant 22 jours par mois.

                                      Cas N° 1                                  Cas N° 2                                Cas N° 3

Prix de vente

Qté vendue

Total vente

Qté vendue

Total vente

Qté vendue

Total vente

100

26

2 600

20

2 000

15

1 500

200

15

3 000

10

2 000

10

2 000

300

15

4 500

10

3 000

9

2 700

400

15

6 000

10

4 000

8

3 200

500

5

2 500

3

1 500

9

4 500

700

3

2 100

2

1 400

1

700

1000

3

3 000

1

1 000

0

0

Total

 

23 700

 

14 900

 

14 600

 

Nombre de jours de vente :                      22                                       22                                        22

Vente par mois :                                  521 400                                  327 800                               321 200

Planification des dépenses : Les prévisions de dépenses journalières dans le tableau ci- dessous

Désignation

Quantité

Prix unitaire

Montant

Riz

4

625

2 500

Macaroni

3

400

1 200

Haricot

2

400

800

Huile

1

960

960

Condiments

1

900

900

Viande

1

2 500

2 500

Poisson

2

1 500

3 000

Charbon

1

750

750

Transport

1

700

700

Remboursement/dettes ((148 900/6mois))/22 jours

 

 

1 128

Total

 

 

14 438

 

            Nombre de jours de dépenses : le montant des dépenses ne change pas dans les trois cas.

            Dépenses par mois : 317 637  F CFA                                   

                                                             Cas N° 1            Cas N° 2                Cas N° 3

           Bénéfice par jour :                   9 262                     462                       162

           Bénéfice par mois :                   203 763                 10 163                 3 563

C’est le cas que choisit, celui qui pourra rapporter un bénéfice de 3.563 par mois et pendant six mois si tout se passe bien. Même si elle sait faire une bonne cuisine, c’est la première fois des repas. Elle veut être prudente.

Vie du projet : achat des matières premières, construction du hangar, commande des ustensiles de cuisine, des tables et bancs et démarrage de la préparation et vente des repas ; tenue d’un cahier de caisse où elle doit enregistrer toutes les recettes et dépenses de la journée.

Dédé tient son cahier comme ceci :

Livre de caisse ou journal de caisse

 

Date

 

Libellé

Entrée

  • ou

Recette

Sortie

  • ou

Dépense

Solde

30/06/12

Apport personnel

20 000

 

200 000

30/06/12

Versement avance pour le hangar

 

50 000

150 000

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Total

 

200 000

50 000

150 000

 

Solde = différence entre les entrées et les sorties

Solde = Recette – dépense

 

 

 

 

 



13/07/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres