AUX ENFANTS DE L\'AFRIQUE

AUX ENFANTS DE L\'AFRIQUE

Objectifs

Objectifs
 

Les objectifs du Mouvement Africain des Enfants et Jeunes Travailleurs sont les suivants :

1. Promouvoir et renforcer la concrétisation des 12 droits et l’amélioration des conditions de vie et de travail des EJT

2. Renforcer les capacités de communication des membres et des associations

3. Renforcer la capacité des membres dans la mise en place des Activités Génératrices de revenus (AGR), rentables

4. Renforcer la formation des membres des associations et des animateurs

5. Développer la collaboration entre AEJT et autorités locales, institutions internationales ONG et autres mouvements

6. Organiser les AEJT sur l’échelle nationale en vue d’actions communes et de programmes nationaux

7. Participer aux débats et rencontres internationales sur l'enfance

1 – Promouvoir et renforcer la concrétisation des 12 droits

En 1994, les fondatrices et fondateurs du MAEJT ont identifié douze droits prioritaires pour lutter contre l'exploitation et les mauvaises conditions de travail des enfants et ont formulé un programme de promotion de ces droits.

Les douze droits constituent la référence commune pour les EJT de 64 villes d'Afrique. Ils sont parfaitement compatibles avec les Droits de l'Enfant définis dans la Convention des Droits de l'Enfant (CDE) et dans la Charte Africaine des Droits de l'Homme et du Bien Etre de l'Enfant.

• Droit à une formation pour apprendre un métier 
• Droit à rester au village (à ne pas "s'exoder") 
• Droit à exercer nos activités en toute sécurité 
• Droit à un travail léger et limité 
• Droit à des repos maladie 
• Droit à être respecté 
• Droit à être écouté 
• Droit à s'amuser, à jouer 
• Droit à des soins de santé 
• Droit à s'exprimer et à s'organiser 
• Droit à apprendre à lire et à écrire 
• Droit à un recours et à une justice équitable, en cas de problèmes.

Pour faire progresser ces droits, le MAEJT, avec le soutien d’Enda TM, Equipe Jeunesse-Action et celui d’autres partenaires financiers, mène les activités ci- dessous :

• Actions de sensibilisation des populations et des autorités à travers les débats, les émissions radio, TV ;

• Cotisations pour la mise en place des caisses de santé, boîtes à pharmacie, négociations avec les autorités sanitaires pour la réduction ou la gratuité des soins de santé ou de la consultation ;

• Ouverture de classes d’alphabétisation, dons de matériel scolaire aux enfants, construction de centres ;

• Visites aux groupes de base, organisation de journées de réflexion, confection de cartes de membres ;

• Actions de mobilisation et de commémoration des évènements spéciaux consacrés à l'enfance (1er mai, 12 juin, 16 juin, 23 Décembre,…) pour faire du plaidoyer auprès des autorités.

Inlassablement les EJT informent, et forment les enfants et les adultes aux 12 droits. C’est leur activité première et fondamentale, le ciment de leur mouvement.

2 - Renforcer les capacités de communication des membres et des associations

La communication est considérée comme un moyen de renforcer les membres et les animateurs pour arriver à mener des actions efficaces.

Pour développer la communication dans les associations, les AEJT organisent chaque année des formations à l’écoute et à l’expression orale ou écrite, des formations radio afin de communiquer avec le grand public, suivent des cours d'initiation à l’informatique. Des actions soutenues de visite des groupes de base permettent de dialoguer avec la base pour surmonter les difficultés rencontrées. D’autres moyens de communication sont utilisés : téléphone,  lettres, email, conférence électronique, page Web, «Défi des EJT» et «Calao Express» bulletin électronique mensuel, affiches, dépliants, Tee-shirt, théâtre, folklore, jeux et banderoles. L'information circule très bien à la base et au niveau du MAEJT.

Des formations radio sont organisées dans les pays et permettent d’impulser la communication à travers les médias, mais aussi et surtout de mieux communiquer entre AEJT d’un même pays. Le «Défi des EJT» est réalisé et diffusé par le«Groupe communication» chaque année et constitue une bonne carte de visite pour les AEJT à la base.

Le réseau : ejt-com@enda.sn, véhicule l’information.

Une «commission livre» du MAEJT a rédigé "Voix des enfants d'Afrique publié en 1999 en français d'abord, puis en anglais. 
Une «commission film» a participé à la réalisation des films comme ."La force des petits" et "Décisions sous les cocotiers " Dernièrement (2010 – 2011), un vidéo - clip et un dessin animé sur la mobilité ont été réalisés par les membres du mouvement.

3 - Renforcer la capacité des membres dans la mise en place des Activités Génératrices de revenus (AGR), rentables

Pour lutter contre la pauvreté des enfants, les AEJT sont parvenues, par les micros crédits, à appuyer individuellement ou collectivement les activités de subsistance des EJT ou à appuyer le développement des activités qui existent déjà. Les membres sont renforcés non seulement par ces micros-crédits, mais aussi par la formation à la mise en place et à la gestion d’AGR. Les AEJT ont aussi développé leurs propres AGR dans les services pour avoir plus de ressources pour les activités.

La mise en place des AGR se poursuit dans la plupart des pays à partir des indications contenues dans le poster «Comment réussir les AGR» (Défi des EJT n°2) et du soutien pédagogique des alphabétiseurs.

Les AGR sont de deux ordres

associative : au profit de l’AEJT par exemple avec l’exploitation de baby foots ou la location de chaises, la mise à sa disposition d’équipements pour la formation et la production (teinture, ou machines à coudre, ou encore du matériel de menuiserie)

* individuelles : des financements remboursables sont octroyés aux EJT qui le désirent pour qu'ils mènent des activités individuelles ou pour agrandir les AGR en cours.

4 - Renforcer la formation des membres des associations et des animateurs

La formation des membres et des animateurs constitue une étape importante. Pour cela, le MAEJT a développé les formations à la Radio, à l’Ecoute, en Appui technique, à la vie associative et à la Recherche Action Participative (RAP), en santé de la reproduction et VIH/SIDA, en informatique, en montage et gestion de projets, à l’élaboration de plan d’action, sur la mobilité des enfantset en Bandes Dessinées .

Les sessions de formation radio permettent d’impulser la formation au niveau local et national. Plusieurs autres sessions sont organisées à l'aide d'un «financement partenarial» notamment sur les thèmes de « La mobilité des enfants, l’écoute et la recherche action». C’est donc la dynamique de formation elle-même qui se renforce progressivement.

Ces formations ont donné aux enfants plus d’autonomie pour l’élaboration de plans d’action, la rédaction de rapports narratifs d’activités et rapports financiers, pour discuter entre eux pour la résolution des problèmes et sur comment diriger une réunion. Le Mouvement arrive à mieux discuter avec les enfants y compris ceux victimes de traite ou à faciliter les échanges entre eux. Les animateurs eux aussi, ont changé de comportement et les relations avec eux et avec les autorités sont meilleures.

5 - Développer la collaboration entre AEJT et autorités locales, institutions internationales, ONG

Le MAEJT fait des plaidoyers auprès des autorités locales et traditionnelles, institutions, ONG et mouvements pour se faire écouter, recevoir des conseils, mener des discussions avec elles, leur présenter son plan d’action, ses initiatives et activités ou pour déposer son rapport d’activités.

Il mène également de nombreuses actions exemplaires comme le nettoyage de places, d’hôpitaux, ou d’écoles, ou le reboisement, ou les actions contre le VIH SIDA, afin de mieux faire accepter sa citoyenneté active. Petit à petit il finit par se faire accepter par sa bonne volonté.

Il collabore volontiers avec les bonnes volontés, notamment celles impliquées dans l’appui aux enfants en Mobilité. Communautés, associations, ONG locales et internationales.

Ainsi il n’est pas rare de voir des Coordinations Nationales des AEJT, impliquées dans des programmes nationaux lors de leurs discussions, et à des coalitions nationales.

6 - Organiser les AEJT à l’échelle nationale en vue d’actions communes et de programmes nationaux

C’est sans doute l’avancée la plus significative, car toutes les sessions de formation et autres réunions nationales permettent de progresser, dans les pays qui ont des AEJT dans plus de trois villes, vers la création de plans d’actions nationaux et de mécanismes de coordinations nationales. Ces mécanismes permettent à leur tour, de renforcer la présence des AEJT qui se cessent de se multiplier dans ces pays.

Aujourd’hui, sur 22 pays membres du MAEJT, 19 présentent une organisation en Coordination Nationales (minimum trois associations) ; certaines dépassant même les 30 associations membres.

7 - Participer aux débats et rencontres internationales sur l'enfance

Le MAEJT participe aux débats et rencontres internationales, aux fora et ateliers régionaux. 
Les thématiques sont : 
• enregistrement des naissances 
• rencontre Internationale entre les Mouvement d’Enfants Travailleurs 
• lancement du rapport annuel sur «Un monde digne des enfants» (GMC) 
• situation de l’enfant africain 
• éducation des filles domestiques 
• lutte contre les violences faites aux enfants
• Protection des «enfants de la rue»

Le MAEJT participe aux travaux du groupe de travail régional sur la «mobilité des enfants» (BIT, Enda, IOM,  Plan, Save, Terre des Hommes, UNICEF) avec plusieurs études menées par le MAEJT dans ce domaine.
http://www.maejt.org/pdfs/jeuda_119.pdf
http://www.maejt.org/pdfs/jeuda_121_itineraires.pdf

 



22/10/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres